Fond
Partager cette page Partager
///

Bienvenue sur le site de l'amicale

Ce site nous permet de vous tenir informer de nos diverses activités ,d’échanger photos , documents ,anecdotes


Pour nous contacter:   amicaledesanciens336@gmail.com

                           Entrez votre e-mail  dans la rubrique "Restez informé...." (sur cette page à gauche)

_______________________________________________________________________________________________________


RETENEZ VOTRE JOURNÉE DU 14 OCTOBRE  DATE DE NOS RETROUVAILLES POUR  2017

en présence de Christine  petite-fille de GASTON LAVOILLE  et nous mettrons à l'honneur les secrétaires du lycée .

_________________________________________________________________________________________________________



résultats des examens  lycées extrait tablette du bugey du 14/07/2017


QUELQUES PHOTOS DE LA CÉRÉMONIE DE LA POSE DES PAVES DE MÉMOIRES du  LUNDI 29 MAI 2017  dans "photos"

RETROUVEZ TOUS LES TEXTES DES PROFESSEURES ET DES ÉLÈVES LUS DANS LA RUBRIQUE "ACTUALITÉS"







Dernières actualités de l'Amicale

[+] Toutes les actualités

le nom de SABINE ZLATIN" la Dame d'Izieu " pour le college

♦ 10/07/2017

Bureau du 09 Juin 2017

♦ 10/06/2017
Compte rendu du Bureau du 09 Juin 2017Présents : Jean Paul MOLLEX, Annie PUTHOD, André PAGET, Aimée RAYNAUD, France PERNOLLET et Évelyne BABOLA.Excusées : Annie MACHON et Christine MICHEL.Préparation de l'Assemblée Générale du 14 Octobre 2017:- Annie PUTHOD a pris contact avec le chef cuisinier Mr CABIROU celui-ci est d'accord comme chaque année pour la préparation du repas de l'AG, une rencontre aura lieu en septembre pour finaliser le menu.- Personnes mises à l'honneur : Les personnels du secrétariat seront mis à l'honneur lors de cette AG. Le Bureau se propose d'inviter à l'AG et au repas Madame JOURNO et 3 de ses élèves de 2nde ayant participé à l'action des "Mémoires Tissées".- - Au moment de l'apéritif nous inviterons également à nous rejoindre comme l'année dernière : les directeurs des écoles primaires, les présidents des différentes associations, un représentant de l'UIAB, ainsi que le maire de Belley, Jean Paul se chargeant des invitations.- Choix par le Bureau de la lettre d'invitation de l'AG parmi les diverses propositions préparées par Jean-Paul.Compte rendu des dernières activités du bureau :- Jean-Paul et France ont pris contact avec Mme MANET, principale du collège lors d'une brève rencontre.- Journée ELA : Annie PUTHOD et France ont encouragé les élèves qui participaient à la journée ELA. Ceux-ci ont récolté plus de 18 000€ pour lutter contre la leucodystrophie.- "Mémoires tissées": La Pose des Pavés de Mémoire a eu lieu le lundi 29 Mai à 19 heures, compte rendu et photos de cette journée chargée en émotions sont à consulter sur le site de l'Amicale. Madame JOURNO est venue au début de la réunion du Bureau afin de remercier l'Amicale pour son soutien et son implication. Prochain bureau : Vendredi 08 Septembre 2017 à 9H30Fin de la réunion à 11 Heures.Secrétaire de la séance : Évelyne BABOLA

Textes des professeures et des élèves de seconde lus pendant céremonie de la pose des paves de memoire

♦ 09/06/2017
Discours de Isabelle Journo Professeure lu à la cérémonie de la pose des pavés de mémoires le 29 mai 2017Je voudrais vous parler d'une histoire, celle que raconte Laurent Gaudé dans son roman intitulé . Cette histoire, c'est celle d'un père, Matteo, qui perd son fils, Pippo et qui part à sa recherche dans le monde des morts. Comme Orphée ou Dante avant lui, il accomplit un voyage incroyable et terrifiant jusqu'aux limites des Enfers. Et il parvient à retrouver l'ombre de son enfant mais tous les deux, lorsqu'ils sont enfin réunis, sont assaillis par une foule d'ombres déchaînées. Alors, sans réfléchir, Matteo porte l'ombre de son petit garçon jusqu'à son visage et l'aspire. Il fait de son corps d'homme un rempart et ramène ainsi son fils jusqu'au monde des vivants.La Porte des EnfersCette histoire, je crois, dit quelque chose du travail que nous avons mené avec les élèves. Ensemble, nous avons plongé dans l'histoire terrible des génocides pour y rechercher et pour y retrouver Max, Marcel, Maurice et Henri. Nous voulions les ramener à la lumière de la mémoire.Et dans cette aventure, nous avons été guidés par de grandes figures d'humanité qui nous ont montré le chemin à suivre, le chemin du cœur. Nos guides furent le sous-préfet Pierre-Marcel Wiltzer et Marie-Antoinette Cojean, Sabine Zlatin et Miron Zlatin, Gaston Lavoille et son épouse Madeleine. Ils ont aidé, de toute la force de leur générosité, les enfants de la Colonie d'Izieu. Ils ont pris des risques. Qu'un hommage leur soit rendu ce soir.M. Gaston Lavoille, proviseur du collège moderne de Belley pendant la guerre, en ouvrant les portes de son établissement et de son logement de fonction aux quatre adolescents de la Colonie d'izieu, nous rappelle par cet acte de courage et de résistance que l'école n'est jamais aussi grande que lorsqu'elle met en œuvre les valeurs de la république: Liberté, Égalité, Fraternité. M. Gaston Lavoille a eu le courage de désobéir à l'autorité pour rester fidèle à ces valeurs et pour accomplir son métier d'homme et d'enseignant. Lui et toutes ces grandes figures qui nous ont guidés n'ont pas pu sauver les enfant de l'inhumanité nazie mais dans l'histoire si douloureuse de ces enfants assassinés, ils ont donné ce qu'il y avait de meilleur en eux.N'oublions pas ces grands hommes et ces femmes sublimes. Ayons-les en exemples. Car aujourd'hui, des enfants meurent sous les balles, par des gaz, dans les bombardements, en pleine mer et sur les chemins de l'exil. Ils meurent de la violence de ceux qui les exterminent, ils meurent dans leur fuite de la peur et de la méfiance de ceux qui les repoussent avec des murs et des barbelés, ils meurent aussi dans leur fuite de la puissance funeste de l'indifférence et de la passivité.Max, Maurice, Marcel et Henri, nous ne pouvons pas penser à vous sans être submergés par une immense tristesse. Mais penser à vous peut aussi nous rendre plus forts car vous pouvez nous aider à trouver en nous le chemin de notre humanité.Brillez en nous comme des phares en pleine mer. Dans les nuits de doute et de résignation, dans les tempêtes qui déchaînent la folie des hommes, nous pouvons trouver, en vous et dans votre histoire, la force de ne pas sombrer dans les profondeurs de l'intolérance et de la peur.Brillez dans nos consciences et dans nos coeursÉclairez-nous DISCOURS CEREMONIE DU 29 MAI POSE DES PAVES PROJET LITSOA l’heure où l’humanité est en danger, où l’histoire et la mémoire sont détruites, bafouées, menacées, il est donc important de rappeler à toutes et à tous, les mémoires du passé. Car malheureusement ce fut aussi le cas le 6 avril 1944 à Izieu où l’innocence et la vie d’enfants remplis de joie, d’amour et d’avenir ont été enlevées puis exterminées à cause d’humains épris par une idéologie raciste et antisémite : 44 enfants dont Maurice, Marcel, Max-Marcel et Henri. Cette histoire noire de l’humanité me tient particulièrement à cœur. Ancienne élève de ce lycée et partie voir le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau en classe de 1 grâce également à un projet interdisciplinaire, j’ai donc été marquée à vie et je me suis promise d’entretenir leurs mémoires. C’est pourquoi aujourd’hui je suis devenue professeure d’histoire-géographie pour transmettre cette histoire ou plutôt ces histoires. Car malheureusement on a l’impression que l’Histoire se répète :Les génocides : Cambodge, les Tutsis, le DarfourLes crimes contre l’humanité : l’Ex-yougoslavieLes nouvelles conflictualités et menaces d’aujourd’hui : Al Quaida, Daech.C’est pourquoi, je me suis engagée sans hésitation dans ce projet cette année avec ma collègue que je tiens à remercier tout particulièrement. Car oui il est urgent de rappeler aux futures générations le devoir de mémoire. Alors chers élèves, c’est à vous que je m’adresse tout particulièrement d’une part pour vous remercier de votre implication et pour vous dire aussi que vous êtes devenus comme je l’ai été, des passeurs de mémoire. Et c’est à vous, futurs citoyens de demain, de faire en sorte que l’humanité ne revive plus ces moments noirs de l’Histoire. Melanie Martinod Professeure TEXTE DE COLINE TERRAGNOLO lu pendant cérémonie de la pose des Pavés de MémoireMax, Marcel, Henri, Maurice4 prénoms qui me sont désormais familiers4 enfants juifs contraints à l'exil, à la séparation, à la peur4 adolescents qui ont trouvé refuge dans la colonie d'Izieu4 élèves accueillis au collège moderne de Belley4 jeunes que les nazis ont raflés avec leur petite soeur et leur petit frère et leurs amis et leurs éducateurs4 symboles de l'enfance saccagée par la violence des hommes, des hommes qui ont perdu leur humanitéMax, Marcel, Henri, Maurice4 prénoms que je prononce contre l'oubliMax, Marcel, Henri, Maurice4 visages que je grave en moi contre l'oubliMax, Marcel, Henri, Maurice et nous tous ici aujourd'huiPlus nombreux et plus forts contre l'oubliTexte de Margaux Bonnetat lu a la cérémonie de la pose des pavés de mémoire J’ignorais, avant cette année,que quatre adolescents de la colonie d'Izieu avaient été élèves, ici.J’ignorais que l’Homme pouvait se soumettre à la haine et obéir aux ordres de mortJ’ignorais que l’Homme pouvait se passer d’amour.J’ai appris que l’Humanité est fragileQu'il suffit d’un orage pour qu’elle vacille.Mais j’ai appris que dans l’ombre,Des héros portent cette humanité à bout de braspour qu'elle ne disparaisse pas.J’ai appris à vous connaître et à me sentir proche de vous, Henri Goldberg et Marcel BulkaMaurice Gerenstein et Max Balsam J’ai compris les ressorts du racisme et de la discrimination qui vous ont déportés dans un camp d'extermination.Mais menacés de mort, parce que vous étiez juifs, vous avez été accueillis à la colonie d'izieu où vous vous êtes fait des copains d'infortune, juifs comme vous, mais des copains de jeux surtout.Mais menacés de mort, parce que vous étiez juifs, vous avez été accueillis au Collège moderne de Belley parce que vous étiez des adolescents en âge d'apprendre avec des camarades.J’ai compris que l’école peut être un havre de toléranceQue les murs d'une classe peuvent nous protéger contre l’inhumanité.Aujourd'hui, je sens un trouble en moi.Je m'interroge : comment l’Homme peut-il être aussi cruel et tuer des enfants ?Pourquoi a-t-on empêché Max, Marcel, Maurice et Henri de poursuivre l'envol de leur existence ?Pourquoi leur a-t-on coupé les ailes ?Ils ont été arrachés à leur vie d'enfant, à leurs parents , à leur innocence.De la vie, ils ont été bannis.Seuls, sans la main de leur maman.Le pire serait d'oublier en silenceC’est sur ces mots, que de mille couleursVos noms seront à jamais gravés dans nos cœurs. texte de Seive Lola lu à la cérémonie de la pose des pavés de mémoireJe sais maintenant ce que j'ignorais encore en septembre dernier lorsque je faisais mon entrée au lycéeJe sais maintenant que la cruauté des hommes n'a aucune limiteJe sais que la souffrance est difficile à exprimerJe sais que l'histoire des hommes est remplie d'atrocités, de honte et d'oubliMais ce que j'ignorais encore il y a quelques mois,C'est qu'on ne peut pas anéantir l'humanité, qu'il y a toujours des désirs de liberté, des actes de liberté, des luttes pour la liberté et la tolérance.Je pense à l'humanité généreuse de Gaston Lavoille qui a offert un refuge à Max, Marcel, Maurice et HenriJe pense à l'humanité pleine de courage et de persévérance de Sabine Zlatin qui a offert un abri pour des dizaines d'enfantsJe sais aussi maintenant que l'art permet d'exprimer par le détour de la représentation et même par la fiction les blessures des victimesJe sais maintenant ce que j'ignorais avant,C'est que moi aussi je peux agir pour la mémoireTexte de Karenne Mc Donald lu à la cérémonie de la pose des pavés de mémoireDans toute l'histoire de l'humanité, des hommes se sont soulevés contre l'injusticeSe sont soulevés contre la terreur et la cruautéIls l'ont fait non pas parce que c'était bien mais parce que c'était normalIls l'ont fait car ils ont su écouter leur cœur et leurs valeurs plutôt que l'autoritéIls ont été des lumières dans le noirCes combats pour sauver notre humanité, il y en a toujours eupartout !De grandes batailles menées en silence, dans l'ombreIci même à Belley, un jeune sous-préfet ,Pierre-Marcel Wiltzer S'est engagé auprès des enfants juifs d'Izieu traqués durant la Seconde Guerre mondialeIci même à Belley Le directeur du collège moderne, Gaston LavoilleA ouvert ses bras à 4 adolescents juifs de la coloniePour ne pas laisser leurs actes de résistance tomber dans l'oubliPour la paixPour la tolérance Pour la libertéPour les générations du passé et du futurPour nousSoyons plus tolérantsPlus solidairesPlus humainsNe laissons pas la tyrannie et l'injustice l'emporterSachons utiliser nos connaissancessachons agir selon nos valeursEt surtout Écoutons notre cœur Texte de Madly Lautier lu à la cérémonie de la pose des pavés de mémoireAu nom de l'Humanité, nous, adolescents, utilisons la puissance des mots pour rendre hommage aux innocentes victimes des crimes barbaresAu nom de l'Humanité, nous, adolescents, faisons usage de la force de la parole pour faire revivre dans les mémoires les victimes des génocidesAu nom de l'Humanité, nous, adolescents, nous levons pour condamner les assassins génocidairesAu nom de l'Humanité, nous, adolescents, travaillons au souvenir de l'histoire tragique de la colonie d'IzieuAu nom de l'humanité, nous, adolescents, tissons les fils de la mémoire de Max, de Marcel, de Maurice et d'HenriAu nom de la Liberté, de l’Égalité et de la Fraternité, nous adolescents, nous engageons sur les chemins de la création et de l'art pour faire renaître les âmes oubliéesAu nom de l'Espoir, nous voulons vivre dans le dialogue, dans l'échange, dans le partage et le respect de l'autre                                                     ________________________________________Je remercie au nom de l'Amicale  tous les élèves de  la classe de seconde , Isabelle Journo et Melanie Martinod leurs professeures  qui ont  réalisé ce travail remarquable de Mémoire. et qui nous permettent  de reproduire leurs textes dans notre site .

Pose Paves de Mémoire lundi 29 mai 19h

♦ 01/06/2017

journée des lyceens pour ELA

♦ 20/05/2017

Quelques photos des albums

[+] Tous les albums photos

Dernières anecdotes ajoutées sur le site

[+] Toutes les anecdotes

deux petits recits de France Pernollet

♦ 20/06/2017
1)L’autre jour,alors que je donnais un coup de main au Secours Populaire j’ai annoncé que le nouveau collège allait être baptisé Collège Sabine Zlatin du nom de cette femme courageuse et dévouée qui oeuvra pendant la dernière guerre pour mettre des enfants juifs à l’abri avec L’OSE, elle vint tous les ans à Izieu pour commémorer la rafle et elle devait résider à Ceyzérieu, (si vous avez des informations sur ces séjours, partagez les avec l’Amicale des anciens de la Cité scolaire du Bugey) c’est ainsi que Nicoline me dit « mais j’ai bien connu cette dame, elle venait régulièrement à la poste de Ceyzérieu où je travaillais, nous prenions le temps de discuter , elle me racontait sa vie avec les enfants de la colonie d’Izieu, je l’écoutais avec admiration, elle s’est tellement battue pour que la Maison d’Izieu existe comme lieu de mémoire,je garde le souvenir d’une dame passionnée par la transmission de la mémoire.. » Nicoline était très émue à l’évocation de ce souvenir et a trouvé que c’était lui rendre justice que de donner son nom au nouveau collège. 2) Une élève modèle Ma mère a été professeure au Cours complémentaire, certaines de ses élèves avaient gardé le lien avec elle, en particulier, Claire, que j’ai bien connue et qui était devenue une fidèle amie de la famille. .Claire était de Ruffieu en Valromey où vivait un sculpteur d’origine bretonne, Eugène Quintric, sa famille et les gens de Ruffieu lui servaient de modèles et c’est ainsi que lorsque vous montez à Hauteville par La Lèbe, la jeune fille du monument c’est Claire, alors prenez le temps de vous arrêter et d’admirer l’œuvre et le paysage magnifique qui s’étend au pied de la jeune Claire. E. Quintric a fait de nombreuses sculptures visibles dans la région dont la Vierge de l’Adoue à Chongnes .dont on dit qu’elle inspira Paul Claudel.

Le Jardin de la mère Léonard par Paul Perceveaux

♦ 06/01/2016
«  J'en viens à ce fameux jardin de la mère Léonard , haut lieu de la gastronomie bahutienne et de la maraude scientifiquement organisée. Bien sûr , il y avait la bonne morale puérile et honnête qu'on nous enseignait fort bien d'ailleurs (même en marge de certain sirupeux manuel signé Abd'er Halden,,,) mais le moyen de faire autrement quand , à quelques mètres à vos pieds, mûrissent les fruits succulents du paradis terrestre, alors que la fade cuisine communautaire de l'internat ( ou de la demi-pension)vous offre sempiternellement la même compote au relent pharmaceutique ? Et puis surtout, le jardin de la mère Léonard, c’était pour nous les raisins de la colère, les fruits amers, mais délicieux de la vengeance : car c'est par une histoire de ballon que tout a commencé, bien avant nous, c'est certain : du moins c'est ce que nous rappelait un folklore déjà ancien dont nous demeurions les zélateurs fidèles. Oh ! Rien de très compliqué : placez une centaine de potaches dans une cour fermée au levant par un grillage surmontant le mur de clôture ; au bas de ce mur , le fameux jardin , dans ce jardin un chien accompagnant ses maîtres .Donnez à ces potaches un ballon , les parties de foot s'organisent et l'inévitable arrive : ces grillages sont toujours trop bas , les reprises de volées trop hautes et flac ! Voilà le ballon au beau milieu d'une planche de légumes.... et trente ou cinquante visages anxieux de surgir derriere le grillage pour demander le ballon, libéralement rendu les premières fois . Mais comme l'incident se reproduit à des dizaines d'exemplaires chaque jour au grand dommage du jardin , les rapports s'aigrissent vite , on proteste coté jardin , coté cour, les demandes sont moins polies, parfois même ce n'est peut être plus un hasard que la balle bondit au centre d'un carré de fraises.... Un beau matin , on ne rend plus le ballon , ou bien le chien-loup le crève d'un coup de dent ; et sonne l'heure de la vengeance à l'échelon d'une génération, une vengeance devenue un immuable rite homérique sans aucun lien causal avec les incidents originels. J'ose espérer que les propriétaires de ce jardin au demeurant bien exposé s'y consacrait pat amour de l'exercice physique , par besoin d'une détente désintéressée ; à coup sûr ne devait le guider aucun soucis de rentabilité , car de mémoire de potache jamais aucun fruit n'y vint à maturité pendant mes cinq ans de boîte : fraises ou cerises se trouvaient dévorées à peine rosissantes ; les raisins n'étaient jamais trop verts pour les goujats que nous étions …. Au beau milieu du jardin trônait une mare passablement odorante où verdissait flegmatiquement une eau verte aromatisée et enrichie à la crotte de volaille . U jour en pleine récréation , le ballon s'en fut donc dans la zone ennemie : rapide inspection : personne en vue ! Hop un grand se laisse glisser dans la varappe familière ; malencontreusement une prise cède et voilà mon homme gigotant au beau milieu de la « botasse » comme un fragile coléoptère dans une goutte de rosée. Dire l'ovation qui accueillit au retour à l'étage au dessus demanderait les métaphores chères au vieil Homère . E t quelles odeur, mes amis ! De ses longs cheveux dégoulinaient deux lignes de gouttelettes parallèles d'une eau puante.Ne lui fallut-il pas encore , oh comble de l'humiliation, rencontrer sur le chemin du vestiaire l'étonnement amusé d'un professeur. : »Eh bien mon ami... qu'est ce qui vous arrive ? » L’intéressé, aujourd'hui un de mes respectables collègues, a peut -être laissé l'incident s'estomper dans sa mémoire , mais à jamais il reste gravé dans les nôtres , comme aussi ce mot « botasse » qui devait demeurer attaché à sa personne , contre son gré, bien sûr, comme tous les surnoms . Notes : ce jardin et cette « botasse » ont existes jusqu’à la construction du lycée actuel et les ballons allaient inévitablement finir au milieu des fraises et les mêmes aventures sont arrivées aux lycéens plus tard , la légende continuait... ce jardin correspond maintenant au restaurant scolaire en partie ,le mur existe encore .

© 2012-2017 - Amicale des Anciens de la Cité Scolaire de Belley   |   Partenaires   |   Mentions Légales   |   Contactez nous   |   Conception Mighty Productions
Demoussage - accessoires auto - facebook